Projet conçu par le collectif WAPAO (Philippe Paoli & Gwenaëlle Watrelos)
dans le cadre du concours d'idée "Ocean Platform Prison" organisé par AC-CA en 2013.

Une nouvelle fois, des prisonniers sont mis à l’écart du monde "sain".
Une nouvelle fois, une prison se conçoit dans une autarcie maximum
au milieu d’une large étendue d’eau salée en écho à Rikers Island,
à Alacatraz, à Robben Island, à l’île Sainte-Hélène, au château d’If…

Le sujet proposé par ce concours est proprement horrible.
Parce que l’idée de construire sur une plateforme pétrolière paraissait excitante,
vous avez préféré choisir le pire des programmes qui soit. Vous auriez pu proposer
un refuge pour un monastère tibétain détruit par la Chine, un hôtel pour post-hippies,
un lieu pour des festivités exceptionnelles, ou même la base secrète d’un vilain-méchant…
Mais non.

Il est impensable d’imaginer une once de bonheur dans le programme que vous proposez.
A défaut d’utopie, nous vous proposons autre chose : une dystopie, une caricature.
Nous sommes tous des prisonniers : des prisonniers  aveugles, soumis
ou impuissants d’une machine mondiale économique et hypocrite phagocytée elle-même
par un système capitaliste à l'agonie. Le monde est régi par le pouvoir de l’énergie marchande.
Celle-ci, quasi désespérée, se lance sans cesse à la conquête de nouveaux espaces
imaginables pour l’«Entertainment» commercialisable.

Pourquoi alors ne pas imaginer cette prison comme un parc d’attraction,
ou pire : un zoo.

PACIFIC PRISON PARK (3P) est situé au large de la capitale mondiale du divertissement : Los Angeles.  Il utilise comme superstructure les plates-formes Ellen et Elly situées à 8,6 miles des côtes de Long Beach. A l’approche de 3P rien ne permet d’imaginer que celui-ci a été construit sur les bases de deux plateformes pétrolières.  Le visiteur est d’ailleurs plutôt surpris lors de sa rencontre avec ce lieu : 3P ne ressemble ni plus ni moins qu’à deux icebergs reliés par une passerelle métallique.

L’accueil des visiteurs se situe sur l’iceberg-port construit autour de la plate-forme Elly. On y trouve le port, l’héliport, un centre de conférence sur la criminalité aux États-Unis ainsi qu’un cinéma permettant de découvrir des documentaires retraçant les crimes des détenus actuels de 3P. Un restaurant et un hôtel permettent aux visiteurs de vivre quelques jours dans les conditions d’un des détenus de 3P. L’inévitable boutique souvenir propose aux visiteurs toutes sortes d’articles : de la tenue des détenus de 3P aux répliques d’objets ayant servis aux crimes.

L’unique accès à l’iceberg-prison, construit autour de la plate-forme Ellen, est la passerelle métallique qui reliait jadis les plates-formes Elly et Ellen. Cette passerelle a été améliorée afin de différencier l’accès des visiteurs de celui consacré au fonctionnement interne de 3P.

Cette passerelle se prolonge à l’intérieur de l’iceberg-prison surplombant le réfectoire et  la cour haute des  prisonniers. Une étrange lumière, reflétée par des voutes et des murs cristallins en inox bleuté,  inonde ces deux espaces. Protégés par des vitrages blindés, il est évidemment impossible aux visiteurs de jeter de la nourriture ou quelconque objet aux prisonniers. Une grille électrifiée vient doubler les vitrages dans toutes les zones de contacts visuels entre visiteurs et prisonniers.

 

Dès la séquence de la cour finie, les visiteurs sont invités à emprunter une longue rampe hélicoïdale entièrement vitrée qui plonge au cœur de l’océan. Tout au long de leur descente, ils peuvent ainsi observer, à travers des hublots, les prisonniers dans leurs cellules. Les parois des cellules sont agrémentées d’écrans géants montrant les reconstitutions des crimes ainsi que des publicités pour les marques dont les productions ont contribué aux crimes. Il est d’ailleurs à noter que la sélection des prisonniers de 3P est faite en fonction, non seulement de la gravité de leur crime, mais aussi de leur capital publicitaire (et donc financier).

Arrivés au bas de la partie immergée, au beau milieu d’un monde sous-marin, les visiteurs peuvent assistés à des matchs de basket-ball entre prisonniers. Il n’est pas rare de voir, en plus des visiteurs, des baleines ou des dauphins qui semblent observer certains des ces matchs derrière de grands panneaux vitrés. Les visiteurs sont ensuite invités à rejoindre un sas leur permettant d’embarquer dans un sous-marin panoramique qui les ramènera à l’iceberg-port. Une fois à l’intérieur de ce sous-marin, les visiteurs peuvent non seulement admirer les fonds marins, mais aussi découvrir la prouesse architecturale de cette prison immergée.

Toute une partie de 3P n’est pas visible des visiteurs : la partie émergée de l’iceberg-prison, consacrée à l’administration du site, mais surtout le jardin vertical de l’iceberg prison autour duquel s’articulent les accès aux cellules. Bien des légendes circulent autour de ce jardin. De nombreuses rumeurs prétendent qu’une organisation gouvernementale y ferait pousser des plants de cannabis et de pavots. Les récoltes seraient effectuées et transformées par les prisonniers eux-mêmes, puis distribuées par des agents de l'état californien dans le milieu du show-business hollywoodien.